17. Puthalath Koroth Raghuprasad, Why the sky is blue

$25.00 each

For purchase of this item, please read the instructions

 

Volume 30: Pages 116-119, 2017

 

Why the sky is blue

 

Puthalath Koroth Raghuprasada)

 

2400 E. 8th Sreet, Odessa, Texas 79761, USA

 

The “Tyndall effect” and “Rayleigh scattering” are the accepted explanations for the blue color of the sky. However, since heavy rainfall is known to remove particulates as well as the gases and yet the sky actually becomes a deeper blue in color, both explanations are probably invalid. The current author proposes the following explanation for the blue color of the sky: This is the pale blue of ozone gas, which will appear deeper blue when there are sufficient quantities of it. Further, ozone attains an even deeper blue color when it becomes a liquid at around a temperature of 161K (-112 ºC) and a blue to violet-black solid at temperatures below 82K (-193.2 ºC). The latter is the case in the lower Stratosphere, especially near the poles. Also, since ozone absorbs ultraviolet radiations, it is likely that some of the spectra close to UV (such as violet, indigo, and blue) radiations are also absorbed or scattered by ozone and this may add to the blue color of the ozone layer. To an observer on the surface of the earth, the many layers of dust and other particulates in the intervening Troposphere, which dampen the deep blue of the ozone layer, will make the “sky” appear less blue. How much each of the above factors contributes to the color of the sky is not known but jointly, they can explain all the observed phenomena.

 

L'effet Tyndall et la diffusion de Rayleigh sont les explications admises de la couleur bleue du ciel.  Les fortes pluies sont cependant connues pour éliminer les matières particulaires ainsi que les gaz tout en donnant au ciel une couleur bleue plus foncée, ce qui signifie que ces deux explications sont probablement incorrectes. L'auteur de cette étude propose l'explication suivante pour la couleur bleue du ciel: il s'agit du bleu pâle de l'ozone gazeux, qui apparaît plus foncé lorsqu'il est présent en quantités suffisantes.  En outre, l'ozone acquiert une couleur bleue encore plus foncée lorsqu'il devient liquide au voisinage de la température de 161 K (-112 C), et une couleur entre le bleu et le violet-noir lorsqu'il devient solide à moins de 82 K (-193,2 C).  Cette dernière situation existe dans la stratosphère inférieure, en particulier près des pôles.  Sachant que l'ozone absorbe le rayonnement ultraviolet, il est probable qu'une partie du spectre au voisinage du rayonnement UV (notamment le violet, l'indigo et le bleu) est aussi absorbé ou diffusé par l'ozone, ce qui accentuerait la couleur bleue de la couche d'ozone.  Pour un observateur à la surface de la terre, les nombreuses couches de poussières et autres matières particulaires dans la troposphère (qui occupe une position intermédiaire) atténuent le bleu foncé de la couche d'ozone et donnent une apparence moins bleue au « ciel ».  La contribution de chacun des facteurs ci-dessus à la couleur du ciel n'est pas connue, mais ensemble ils peuvent expliquer tous les phénomènes observés.

 

Key words: Tyndall Effect; Rayleigh Scattering; Ozone; Stratosphere.

 

Received: April 13, 2013; Accepted: February 14, 2017; Published Online:  March 3, 2017

 

a) This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.